La Résurrection

La descente aux enfers

Car le Christ, lui aussi, a souffert pour les péchés, une seule fois, lui, le juste, pour les injustes, afin de vous introduire devant Dieu ; il a été mis à mort dans la chair, mais vivifié dans l’Esprit.

C’est en lui qu’il est parti proclamer son message aux esprits qui étaient en captivité.

Première épitre de Pierre 3, 18-19

Où voir cette mosaïque ?

Établissement pénitentiaire de Champ-Dollon
Chemin de Champ-Dollon  22, 1241 Puplinge

Bus 31 – Arrêt « Champ-Dollon »

***

La mosaïque de la Résurrection décore aujourd’hui la salle où se déroulent les célébrations religieuses pour les personnes détenues à Champ-Dollon. Une reproduction de la mosaïque sera prochainement visible non loin de la prison de Champ-Dollon.

En méditant la mosaïque...

Le Chemin de Joie commence dans le jour du « grand silence », ce jour suspendu entre la douleur d’avoir perdu le Maître et l’Ami et la surprise de le découvrir toujours vivant au matin de Pâques.

Le Chemin de Joie commence dans la profondeur des « enfers », là où le Vivant est allé chercher l’humanité perdue, représentée par Adam et Eve.

C’est en silence que, avec le Christ, nous descendons dans le mystère du mal et de la souffrance, la nôtre ou celle d’autrui.

De même, la joie de la Vie nouvelle naît souvent dans le silence du cœur ; elle ne s’offre pas en spectacle à la curiosité de ceux qui cherchent des signes extraordinaires ou aux sceptiques avides de preuves tangibles.

C’est une main offerte à ceux et celles qui ne peuvent plus compter sur leurs propres forces et qui osent aller au bout des questions qui brûlent: le mal aurait-il le dernier mot? La mort, chantera-t-elle encore sa victoire?

C’est une voix qui dit encore et encore: « Lève-toi, œuvre de mes mains, sortons d’ici » !

Federica Cogo et Christine Lany-Thalmeyr aumôniers de prison

Particularité

Cette mosaïque a été bénie par le Pape François, lors de la messe célébrée à l’occasion de sa visite à Genève le 21 juin 2018.